Association Ozen | 3 rue de merville 56100 LORIENT | associationozen@gmail.com | RNM w561007604

© 2017 ozencoaching.com - Tous droits réservés

  • ozen la page facebook
  • Ozen youtube
  • Ozen Twitter
  • ozen

Coaching, le ménage dans sa vie


Lorsque nous arrivons en fin de semaine, le samedi matin, il nous arrive de faire le ménage hebdomadaire : lessives, vaisselles, tri du linge, courses, etc. Nous intervenons à l'intérieur de notre maison pour qu'elle semble plus jolie, plus propre. Parfois, nous ajoutons, ici et là, un bouquet, des bougies, un nouveau plaid pour améliorer le design. Une fois l'ensemble passé au crible nous regardons l'organisation de la semaine suivante pour parvenir à une fluidité, un rythme qui nous convient.


Le ménage doit se faire aussi dans notre vie. Il faut parfois savoir s'arrêter, faire le point de ce qui nous rend "heureux", de ceux qui nous amènent de la colère, qui sont dans le mécontentement quotidien. Cette fois-ci, l'important n'est pas ce que nous possédons mais comment nous nous sentons en nous.


Par où commencer ? Pour ma part, j'avais une grande armoire/penderie, à l'époque, dans laquelle je stockais tout ce qui pouvait l'être. Un jour je me suis décidée à tout retirer et à trier de la manière suivante : une pile "à jeter", une pile "à vendre", une pile à donner. Pedant les quelques heures passées à cela, je me suis dis "pourquoi ne pas faire la même chose dans mes papiers, faire le point, puis même mes relations".


Le lendemain, je m'attaquais à tout ce qui était administratif, la "paperasse", les factures, les courriers, les rappels, la banque, la banque de France. C'est un peu compliqué, au début, de se mettre en face de ses problèmes. Mais ce tri a été salutaire : j'ai pu ainsi faire le point sur ma situation financière et administrative. Je n'ai pas lâché prise de suite, mais peu à peu, j'ai compris que j'avais besoin d'aide pour m'en sortir. Plus j'essayais de m'en sortir seule (ah cet égo !!!) plus la situation s'envenimait.


J'ai, par la suite, poursuivis par les relations autour de moi. J'avais, en particulier, souhaité me séparer d'une personne qui était "toxique" dans le sens où elle envahissait la vie de chacun et "pompait" l'énergie. J'ai pris ses "cadeaux" qui me mettaient mal à l'aise et je les ai jeté, l'un a été récupéré par la gardienne de l'immeuble. Elle l'a jeté quelques jours plus tard en me précisant qu'elle se sentait pas très bien depuis qu'elle l'avait récupéré. Je vous laisse en déduire ce que vous voulez...


Ce tri, dans tous les domaines, m'a fait un bien fou ! Rien était réglé mais tout était beaucoup plus clair, chez moi comme dans ma tête. Ensuite j'ai réalisé ce fameux lâcher-prise réellement. Mais c'est quoi au juste ?


Je suis une personne qui aimait "tout contrôler", j'aimais savoir chaque détail d'un projet, d'un planning pour pouvoir gérer au mieux ! Au niveau financier, il a bien fallut aller à l'évidence : je devais bien admettre qu'à chaque fois que je faisais le nécessaire pour que tout aille mieux, cela empirait voire quand un problème s'arrêtait un autre prenait sa place et cela a finit par m'épuiser. L'épuisement du corps et de la tête voilà ce qui m'a fait capituler. Je n'en pouvais plus. Je n'ai pas pensé au suicide, je ne suis pas comme cela. Par contre, j'étais au bord de la dépression, si ce n'est que j'y étais déjà un peu.


Donc voilà le meuble est en ordre, le studio est propre et bien rangé, mes papiers sont en pile sur le bureau et la suite ? J'avoue que j'ai sans doute rencontré les bonnes personnes au bon moment. Je me suis déplacée dans chaque administration, même auprès du juge et j'ai pu avoir des échéancements, des aides morales et parfois financières (des impots, de la sécu et surtout de mon assurance habitation).


Ce ménage a été salutaire. Se dire qu'il est peut être temps de mettre son égo de côté et de savouer que nous ne pouvons pas toujours tout faire, tout gérer. Cela a mis deux ans à s'équilibrer, le surendettement s'arrête cette année. Je ne regrette pas d'avoir fait cela ou plutôt d'avoir demandé de l'aide aux personnes compétentes (qui sont aussi payées pour cela).


De l'épuisement je suis passée à une respiration normale et à un début d'apaisement.


Je ne connaissais pas encore la psychologie positive ni le coaching, il est vrai que ses aides m'auraient été bien bénéfiques pendant cette période. Mais mon chemin n'est pas passé par là de suite !



« L’amitié n’exige rien en échange, que de l’entretien. » – Georges Brassens

#ozencoaching #lacherprise #menagedanssavie